2 Reportages : bipolarité, schizophrénie

Probablement en lien avec la semaine d’information sur la santé mentale (http://semaine-sante-mentale.fr/), la télévision publique nous a offert mardi 17 mars de beaux reportages que vous pouvez pour quelques jours voir en « replay ». Des témoignages courageux et touchants, une invitation à faire la différence entre la personne et la maladie. Si les Gestaltistes pratiquent cette distinction au quotidien, ces émissions « grand public » permettent à chacun d’en prendre plus conscience. :

  • Dans la peau d’un bipolaire : de l’ombre à la lumière
  • Schizophrénie : l’ennemi intime

Dans la peau d’un bipolaire : de l’ombre à la lumière 

http://pluzz.francetv.fr/videos/dans_la_peau_d_un_bipolaire_,98835407.htm

De : Alain Charlot, Documentaire, 51′

L’émission : Plusieurs témoignages de malades permettent de lever le voile sur une affection encore mal connue, bien que fréquente et très invalidante : la bipolarité. Gérard Garouste, peintre de renommée internationale, est atteint depuis près d’un demi-siècle par ce mal de vivre, qui se caractérise pour le patient par des phases d’extrême exaltation puis de grande dépression. Marianne, architecte décoratrice d’intérieur, oscille entre d’intenses moments de désirs sexuels et l’envie irrépressible d’en finir avec la vie. Autrefois dénommée psychose maniacodépressive, cette maladie, souvent stigmatisée et mal comprise, touche 600 000 Français et fait des ravages : 15 % des bipolaires se suicident. Carole Gaessler ouvre ensuite le débat avec ses invités

Schizophrénie : l’ennemi intime

http://pluzz.francetv.fr/videos/shizophrenie_l_ennemi_intime_,98835408.html

De : Benjamin Batard

L’émission : Des malades, leurs proches et des spécialistes de la schizophrénie témoignent et dressent le portrait de ce trouble de la personnalité qualifié, en son temps, par le psychiatre Eugen Bleuler, de «scission de l’esprit». De l’hôpital Sainte-Marguerite à Marseille, où sont enfermés les malades les plus dangereux, aux rues de Paris où vivent des personnes psychotiques sans domicile fixe, en passant par l’unité de soin d’un centre médical du Val-d’Oise, spécialisée dans la prise en charge des malades ayant fait une tentative de suicide, enquête sur un trouble mental qui déforme la réalité.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.